1. Comment Revenir à Soi Pour Une Vie et Une Entreprise Épanouies ?

Comment Revenir à Soi Pour Une Vie et Une Entreprise Épanouies ?

Dans cet épisode je t’amène dans une réflexion pour comprendre ce qui nous pousse autant à chercher les réponses à l’extérieur de nous et les conséquences que cela peut avoir sur notre bien-être et sur celui de notre entreprise . Je t’y dévoile les clés du « revenir à Soi » pour sortir du mode automatique et mieux se relier au monde qui nous entoure.

Cet épisode s’adresse à toi que tu sois déjà entrepreneure, entrepreneure en devenir ou tout simplement que tu désires vivre une vie personnelle épanouie et retrouver plus de sérénité et de calme intérieur.

Saute directement ici pour découvrir l’exploration sacrée du mois ⤵️

retranscription ecrite

Pourquoi se déconnecter du monde extérieur et se recentrer sur soi est une des clés d’une vie d’entrepreneur alignée et épanouie ? Comment faire pour ralentir et retrouver notre calme intérieur
dans un monde qui semble aller toujours plus vite ? C’est ce que l’on va voir ensemble dans l’épisode du jour.

Je suis hyper heureuse de te retrouver aujourd’hui pour te parler de ce sujet qui me tient particulièrement à cœur
et sur lequel je pense qu’il est important de nous re-sensibiliser. Alors, je dis « nous » re-sensibiliser parce que, tout comme toi, c’est un sujet auquel je suis encore régulièrement confrontée.
Je fais de mon mieux, mais moi aussi, il m’arrive de retomber dedans. Et puis, je dis « re-sensibiliser » parce que, voilà, je suis persuadée que toi aussi tu as conscience de l’importance du fait de ralentir et de revenir à soi.
Mais je sais aussi que ce n’est pas tous les jours facile de s’autoriser ce genre de ralentissement. Donc, c’est de ça dont on va parler dans l’épisode d’aujourd’hui.
Je crois pour tout te dire qu’un des points communs que nous avons en tant qu’entrepreneurs, c’est de vouloir vivre de notre passion, bien entendu, mais pas à n’importe quel prix.
Et surtout, pas à celui de notre santé et de notre bien-être émotionnel. Ça, c’est quelque chose qui est hyper important pour nous, entrepreneurs, notamment dans le bien-être.
D’ailleurs, je pense que si tu es devenu entrepreneur, c’est très certainement parce que tu as peut-être vécu un burn-out dans ta vie de salarié,
ou bien que tu l’as frôlé de justesse et que tu as décidé, tout simplement, de choisir une vie dans laquelle tu allais pouvoir gérer ton temps comme tu l’entendais, et puis, aussi, mieux préserver ton énergie.
Souvent, c’est le conseil que je fais auprès de mes clientes qui ont fait cette transition professionnelle vers l’entrepreneuriat. Très souvent, c’est qu’il y a soit la recherche de sens, soit la recherche d’un esprit.
Et ça passe par une meilleure gestion du stress, une meilleure gestion du temps. Donc, c’est peut-être ton cas, toi aussi. Donc, ce qu’on sait très bien, c’est qu’entreprendre, ce n’est pas un sprint, c’est un marathon.
Ça, on en entend énormément parler. Je pense que tu l’as déjà entendu, mais le fait est que c’est la stricte vérité. Et donc, pour courir ce marathon, notre bien le plus précieux, c’est notre énergie.
Mais malgré ça, il arrive parfois que la réalité nous raconte quelque chose. Au final, c’est normal. Entre toutes les casquettes que l’on a quand on est entrepreneur,
tout ce que l’on doit faire, tout ce à quoi on doit penser pour nos entreprises, plus à côté de ça, nos casquettes potentiellement de maman ou de chérie, avec toute la charge familiale à gérer,
ça fait qu’on se retrouve avec des fois une charge mentale qui peut vite devenir énorme et donc du coup créer du stress, etc. Et puis, si comme moi, j’ai des casquettes, je peux les gérer. Et bien, tu exerces une activité de passion.
Je ne serais pas vraiment étonnée que tu te retrouves aussi parfois tellement absorbé en fait par ton travail
que tu en oublies la notion du temps, tu en oublies de te déconnecter, de prendre des pauses, n’est-ce pas ?
Et au final, tu te retrouves à consacrer tout ton temps à ton entreprise au risque parfois de créer un déséquilibre avec ta vie personnelle et ou avec toi. Avec ton bien-être, on va dire.
Donc ça, tout ça, c’est sans parler de toutes les technologies qui nous entourent et qui font qu’on est sans cesse sollicités soit par des mails, soit par des messages.
On ne parle pas des notifications des réseaux sociaux, etc. Bref, au final, on se retrouve avec énormément d’agitation. Et toute cette agitation peut avoir comme conséquence de créer du stress.
Et parfois, ce que j’observe, et ça, c’est assez spécifique aux entrepreneurs, ça peut créer de la comparaison. Pourquoi ? Parce que typiquement avec les réseaux sociaux, comme tout est accessible tout de suite maintenant,
eh bien, on va aller regarder ce que fait Pierre-Paul Jacques. Et puis là, va naître potentiellement deux sentiments. Deux sentiments qui sont, je pense, bien connus des personnes qui écoutent cet épisode,
qui sont frustration et confusion. Frustration, c’est quoi ? Frustration de voir que certains entrepreneurs y arrivent peut-être plus facilement que nous,
là où nous, eh bien, on a encore un chemin, un processus, n’est-ce pas ? Et puis, eh bien, confusion. Confusion parce que sur les réseaux, on lit tout et son contraire.
Et au final, on se retrouve à ne pas vraiment savoir quoi faire de notre côté. Voilà. Quelle solution prendre ? Qu’est-ce que je dois faire pour que ça fonctionne ? Comment je dois faire ça ? Etc., etc.
Et donc, qu’est-ce qui se passe dans ces moments-là ? Eh bien, c’est qu’on va essayer de reproduire tout ce que l’on voit, ce que l’on nous enseigne, au lieu de plutôt calmer notre agitation.
Parce que dans ces moments-là, très souvent, ce qui nous drive, ce n’est pas vraiment un sentiment de calme, de sérénité, d’amour, etc. On est plutôt, on va dire, dans la peur d’échouer, n’est-ce pas ?
Et donc, on n’est pas du tout connecté à ce sentiment nourricier qu’est l’amour. On est plutôt dans cette peur qui va engendrer ce stress et ce passage à l’action, etc.
Et donc, au lieu de calmer notre agitation intérieure et donc de nous recentrer sur nous-mêmes, eh bien voilà, on va avoir tendance à se réfugier dans le monde extérieur pour aller chercher les solutions à l’extérieur de nous,
alors que les solutions se trouvent en nous. En tout cas, ça c’est ma vision des choses et c’est de ça dont j’avais envie de te parler un petit peu plus aujourd’hui.
Donc, revenir à soi, qu’est-ce que c’est déjà pour commencer ? C’est tout simplement s’autoriser à déconnecter quelques instants du monde extérieur pour nous recentrer sur nous.
Et ainsi, retrouver un état de calme intérieur qui nous permettra de mieux entendre notre petite voix intérieure et aussi de nous reconnecter à notre véritable nature.
C’est selon moi, ce retour à soi, le fait de revenir à soi, c’est selon moi la clé d’une entreprise alignée, mais aussi d’une entreprise dans laquelle nous nous sentons bien, tout simplement.
Et on le sait, en tant qu’entrepreneur, les montagnes russes émotionnelles peuvent être extrêmement présentes. Ce qui nous demande de régulièrement faire ce qu’il faut, comme revenir à soi,
pour sortir de cette phase de contraction dans laquelle nous nous retrouvons et puis ainsi, mieux réussir à retrouver le chemin qui nous mènera vers l’expansion.
Parce que ce chemin, encore une fois, c’est en nous que nous allons le trouver.
Donc, ce que j’avais envie de te dire, c’est que si en ce moment, tu te sens submergé dans ton entreprise, bloqué,
perdu, que tu as la sensation d’être dans un flou intersidéral, ou bien, tout simplement, que tu te prépares à faire des changements importants dans ton entreprise, tu sais que ça va être des changements qui vont être importants pour toi,
ce que je t’invite et ce que je te conseille, du fond du cœur, c’est de te couper de l’extérieur et de te recentrer sur toi. C’est là où tu vas pouvoir prendre les décisions
les plus alignées et c’est à partir de cet espace personnel que tu pourras retrouver ce qu’on appelle ton essence,
ta véritable nature, et c’est de ça dont tu as besoin pour créer une entreprise qui est alignée. Donc vraiment, dans ces périodes un petit peu confuses, inconfortables,
n’aie pas peur de couper avec l’extérieur et de te recentrer sur toi parce que c’est vraiment à partir de cet espace-là que tu vas pouvoir prendre les meilleures décisions.
Et ça, si je peux t’en parler de manière aussi, avec autant de conviction, c’est parce qu’à chaque fois que je me suis recentrée sur moi
et que j’ai mis, alors moi j’aime bien dire que je mets des œillères en fait, tu vois, j’ai vraiment l’image d’une navette spatiale, genre où je suis dans ma bulle, j’ai mes œillères, je ne vois rien de ce qui se passe, ni à gauche ni à droite,
je regarde juste droit devant mon objectif, mon intention, c’est ça. Et c’est ça qui me permet d’ailleurs de ne pas être distraite par l’extérieur.
C’est le fait de déconnecter de toutes les agitations, de toutes les distractions extérieures et de juste rester focalisée sur mon intention et la direction dans laquelle je vais aller.
Eh bien, c’est dans ces moments-là que j’ai pu prendre les plus belles décisions personnelles et entrepreneuriales.
Et si tu as écouté l’épisode, le premier épisode, tu sais à quel point ces derniers mois, l’année dernière,
j’ai pris des décisions, on va dire vraiment très, très, très changeantes, des grosses décisions dans ma vie personnelle, mais aussi entrepreneuriale.
Et ces décisions, je suis convaincue que je n’aurais pas pu les prendre de manière si alignée et elles n’auraient pas été autant bénéfiques si je ne les avais pas prises depuis cet espace du cœur, si je n’étais pas revenue à moi.
Parce que si j’avais écouté tous comme conseillers à gauche, à droite, etc., eh bien, clairement, je n’aurais pris aucune de ces décisions-là. Donc, qu’on se le dise, voilà.
Donc, je sais qu’on a souvent tendance à croire l’inverse. C’est-à-dire qu’on a souvent tendance à croire que c’est plus facile de regarder ce qui se fait à l’extérieur.
On croit qu’on va tomber sur la solution miracle, tu sais, qui va résoudre genre tous nos problèmes. Eh bien, souvent, c’est un petit peu l’inverse qui se produit.
En tout cas, sur le moment, on a la sensation que c’est ça la solution, c’est ça que je vais faire et je sais que je vais réussir en faisant ça. Mais, quelques temps après, une fois qu’il y a cette période de lune de miel,
on appelle ça le syndrome de l’objet brillant en psychologie, voilà, où on dit « Ah, c’est ça la solution miracle, etc. », eh bien, une fois qu’on a découvert cette solution et qu’on a essayé un petit peu plus de s’y approprier, eh bien, on voit que ça ne fonctionne pas forcément,
au lieu que cela crée encore plus de confusion que ce qu’il y en avait avant. Pourquoi est-ce qu’il se passe ça ? Tout simplement parce que cette solution, elle ne t’appartient pas. En fait, cette solution, elle ne part pas de toi.
Elle part de qui tu es, mais plutôt de ce qu’une autre personne que toi a mis en place pour elle et qui a fonctionné pour elle. Alors, très certainement pour elle et certaines de ses clientes, ok ?
Mais, toi, ça te demande de t’approprier, en fait, cette solution et de te familiariser avec elle. Et souvent, eh bien, ce qui se passe, c’est que cette solution, eh bien, elle ne te convient pas à toi.
Et quand on fait ça plusieurs fois, c’est là où on se retrouve, en fait, et je ne sais pas si l’image va te parler, mais on se retrouve avec un amoncellement de petits bouts de solutions
qu’on a pris ici et là, qu’on a essayé d’assembler, de goupiller les unes en un pour que ça fonctionne dans nos entreprises. Sauf qu’en fait, ça a juste créé, eh bien, un méga bordel. Voilà.
Le mot est posé, ça a juste créé un méga bordel. Et si ça ne fonctionne pas, c’est tout simplement, tu peux tout simplement t’en rendre compte parce qu’en fait, dans ces moments-là,
tu en viens à passer beaucoup plus de temps et ça te demande beaucoup plus d’énergie que si tu étais allé chercher ces solutions en toi.
En fait, quand tu essaies, voilà, d’assembler toutes ces petites pièces du puzzle qui ne t’appartiennent pas, tu as un immense bordel, comme je l’ai dit.
Et en fait, toi, tu essaies de faire fonctionner, enfin, tu essaies de fonctionner en te basant sur ce modèle-là. Sauf que, eh bien, comme c’est le bordel, tu n’y arrives pas et tu passes plus de temps à essayer de réagencer les pièces les unes avec les autres que de concrètement faire fonctionner. Donc, tu vas passer à l’action.
Je ne sais pas si tu connais la loi de Pareto, le 80-20, on dit que pour réussir, c’est 20 % d’effort pour 80 % de résultat. Bon, eh bien là, très clairement, dans ce genre de modèle de fonctionnement, on n’y est pas du tout.
On est plutôt à dépenser 80 % de notre temps, de notre énergie à essayer d’assembler ces petites pièces du puzzle pour avoir, allez, peut-être 20 % et encore des fois, je trouve ça généreux, de résultats.
L’image qui me vient par rapport à ça, je l’ai partagé. Il n’y a pas de problème. Alors, je te préviens, elle n’est pas du tout glamour, ok ? Cette image, en fait, c’est celle d’une canalisation.
Je t’avais dit, ce n’est pas forcément très glamour, très spirituel, mais ce n’est pas grave. En fait, qu’est-ce qui se passe ?
Quand tu passes ton temps à chercher des solutions à l’extérieur, c’est comme si, en fait, tu venais accumuler très rapidement
tout un tas de petits bouts de tuyaux que tu essayais, comme je te le disais, d’assembler les uns avec les autres. Sauf que, eh bien, certains bouts de tuyaux sont droits, d’autres sont courbés. Courbés à droite, tantôt courbés à gauche.
D’autres sont petits, d’autres sont gros. Bref, tu n’as rien qui est harmonieux. Il n’y a rien qui va ensemble, en fait. Et c’est normal, puisque ça n’a pas été conçu ensemble, ni même par les mêmes personnes.
Donc, au final, toi, tu passes des heures à essayer de les assembler sans forcément y arriver. Ou bien, j’ai déjà constaté ça, tu vas obtenir une canalisation toute biscornue, là, qui part dans tous les sens,
à travers laquelle, eh bien, toi, tu vas essayer de passer de A… Enfin, du point A au point B, et en fait, ça va t’épuiser, parce que ça part dans tous les sens.
Alors que, quand tu plonges en toi, oui, la solution met plus de temps à apparaître. Ça, je te l’accorde.
Mais, en fait, ce sont des bouts de tuyaux qui sont droits et qui vont, en fait, parfaitement s’emboîter pour t’amener directement du point A au point B, et ce, sans le moindre effort.
Voilà pourquoi, tu n’as pas besoin de faire de boulons. Et pourquoi, je crois autant que les véritables clés, les vrais bons tuyaux, ne se trouvent pas à l’extérieur, mais bien en nous.
Mais alors, la question qu’on peut se poser à ce moment-là, c’est qu’est-ce qui fait que nous avons ce fonctionnement ?
Eh bien, tout simplement, je pense que ça vient, en fait, d’un manque de confiance en nous, tout simplement. Nous avons, en fait, la croyance que notre solution aura moins de valeur
que celle d’un autre, et souvent d’une personne que l’on admire. En fait, on met l’autre sur un piédestal et on se diminue face à lui.
Alors qu’en réalité, si on regarde les choses de manière plus harmonieuse, plus équilibrée,
en réalité, nous sommes deux personnes différentes, chacune avec des fonctionnements qui lui sont propres, et donc avec des besoins différents.
Et ça, c’est d’autant plus vrai avec nos mentors. Moi, tu vois, j’ai très très très longtemps eu tendance à me dévaloriser face à mes mentors et à remettre mon pouvoir dans leurs mains.
Et ça, ça a été vraiment une grosse erreur de ma part, car au final, je me suis perdue avec des pratiques,
notamment entrepreneuriales, que je pensais être la solution à mes différents problèmes,
sauf qu’en fait, je me suis juste cramée en essayant d’utiliser ces techniques, parce qu’elles n’étaient pas du tout… Alors, soit elles n’étaient pas alignées à mes valeurs, mais celles-ci en général,
je les ai très très rapidement mises de côté, parce que ça résonne vraiment comme un sens interdit, donc je les mets vite de côté. Mais des fois, voilà, au niveau valeurs, ça me semble aligné, je suis quand même hyper vigilante dans le choix des mentors que je fais.
Mais malgré tout, la méthode, voilà, j’avais beau essayer de l’utiliser, ben, ça forçait, je galérais, je ne prenais pas de plaisir, c’était lourd, mais en fait, tout simplement parce que ce n’était pas aligné avec mon fonctionnement, voilà.
Et c’est là où c’est important de revenir à soi et à faire preuve de discernement, en fait, pour moi. Pour pouvoir mettre le doigt sur ce qui nous convient et ce qui ne nous convient pas.
Donc, si aujourd’hui, tu te rends compte dans ton entreprise qu’il y a des choses, des domaines dans lesquels tu as du mal, dans lesquels ça force, ça contracte, c’est compliqué,
ben, interroge-toi peut-être sur est-ce que cette manière de faire me correspond réellement. Voilà, il y a quand même de fortes chances que si ça force, si ce n’est pas écologique pour toi,
si ça te demande plus d’énergie que les résultats que tu vas obtenir, bon, ben, c’est que ce n’est pas la bonne méthode pour toi.
Et encore une fois, voilà, n’oublie pas que ton énergie est vraiment ton bien le plus précieux. Donc, toi, ta mission en tant qu’entrepreneur, c’est de mettre en place et de faire appel à des techniques
qui sont au service de ta mission et qui te permettent de préserver ton énergie également. Voilà.
Donc, par rapport à ça, ce que j’avais envie quand même de te dire, c’est écoute-toi, fais-toi confiance,
et peu importe si ce que tu mets en place dans ton entreprise ne correspond pas à ce que font les autres entrepreneurs ou à ce que te conseille la majorité des coachs business, fais-toi confiance.
Et rappelle-toi que la seule personne qui te connaît vraiment, c’est toi. Par conséquent, et ça, c’est un message hyper important que j’avais envie de te faire passer,
je voulais te dire que la seule validation à rechercher, ce n’est pas celle des autres ou celle de ton mentor, c’est la tienne.
D’ailleurs, pour ma part, ce que j’estime être un bon mentor ou une bonne coach, c’est justement cette personne qui ne va pas te dire quoi faire,
et encore moins te forcer à faire ce qu’elle te dit de faire, hyper important l’éthique, mais c’est plutôt cette personne, cette accompagnante qui va t’amener à trouver en toi quoi faire. Et moi, ça, ça a vraiment été un gros game changer.
C’est-à-dire qu’à partir du moment où j’ai rencontré ma mentor aujourd’hui, donc Léona, qui m’a permis de chercher en moi les ressources dont j’avais besoin,
il y a eu énormément de changements dans mon entreprise, mais des changements qui sont plus que bénéfiques et qui me permettent aujourd’hui d’avoir une entreprise dans laquelle je me sens bien, avec des fonctionnements et des pratiques qui me conviennent.
Et ça, c’est l’approche que moi aussi, j’utilise, que j’ai avec mes clients entrepreneurs, notamment dans le Spiritual Life & Business Mentoring. Tu vois, j’ai une méthodologie pour les guider et procéder,
étape par étape, parce qu’elles ont besoin d’être guidées, mais par contre, je ne leur dis pas quoi faire. Je les aide à trouver en elles les clés qui les fera avancer de manière alignée et donc de manière durable.
Parce que ça aussi, on n’en parle pas souvent. On te vend souvent des méthodes miracles en te disant, oui, ça, ça va être le succès, les millions, etc.
Sauf que ça ne va pas durer dans le temps dans le sens où, en fait, tu vas tellement te cramer à essayer d’appliquer cette méthode. Que oui, peut-être que tu vas réussir à augmenter ton chiffre d’affaires,
mais sur la durée, tu n’arriveras pas à tenir parce que ça va beaucoup trop t’épuiser. Et c’est là où après, moi, je vois des entrepreneurs qui sont complètement cramés, voire même écœurés par l’entrepreneuriat. Donc, sois hyper vigilante par rapport à ça.
Donc, par rapport à tout ça, si j’avais un petit message à te donner, c’est celui que je me suis noté lors d’une session de journaling. Donc, je suis allée retrouver dans mon journal quand j’ai traversé cette période-là ce que j’avais un petit peu écrit. Puis, il y a une phrase qui m’a vraiment…
Ouais, vraiment fait vibrer, vraiment marqué. Donc, du coup, j’avais envie de te la partager. Donc, n’hésite pas à te la noter d’ailleurs. Ça peut peut-être t’être utile et te la répéter comme un mantra. Tu verras bien. Donc, cette phrase, c’est celle-ci.
La seule validation qui vale est la mienne. Si qui je suis et ce que je fais est aligné à mes valeurs et à ma mission et à mon vécu,
et à ma vision et à mon vécu, pardon, je suis pleinement et totalement validée. Donc, je vais te la relire une deuxième fois, cette fois-ci, sans écorcher le mot. La seule validation qui vale est la mienne.
Si qui je suis et ce que je fais est aligné à mes valeurs, à ma vision et à mon vécu, alors je suis pleinement et totalement validée.
Ça fait du bien, n’est-ce pas ? Voilà, ça, c’est vraiment le message que j’avais envie de te partager. Maintenant, en tant qu’entrepreneur, il y a un autre moment où le futur est en train de s’améliorer.
Le fait de revenir à soi est plus que précieux. C’est justement quand nous nous sentons submergés par le stress, par la pression.
Toute cette agitation mentale, en fait, elle nous coupe de nos ressentis. Elle nous coupe de notre créativité, de notre intuition. Et en fait, elle nous empêche tout simplement de prendre des décisions qui sont justes et alignées.
Et cette agitation mentale, elle peut être due à plusieurs facteurs. Donc, bien entendu, il va y avoir tout d’abord tout ce qui concerne les facteurs. Les facteurs extérieurs à nous, d’accord ?
Donc, typiquement, en ce moment, la crise économique, le contexte politique national, voire même géopolitique sur le plan international. Mais il va y avoir aussi toutes les sollicitations que nous recevons au quotidien,
à commencer forcément par les notifications sur nos téléphones, les notifications des réseaux sociaux notamment.
Donc, d’ailleurs, là, qui n’a jamais été interrompu par une notification sur son téléphone et s’est retrouvée, genre, 30 minutes plus tard, encore en train de scroller,
alors qu’à la base, nous étions hyper concentrés, hyper focus sur une tâche bien précise, qu’on s’était dit « ouais, ça si, je vais la faire en une heure », etc. On l’a toute vécue, on est d’accord.
Donc maintenant, moi, pour éviter de me retrouver dans ce genre de situation et de gaspiller mon temps inutilement ou de m’éparpiller à faire d’autres choses qui ne vont pas forcément avoir beaucoup de valeur et encore moins me nourrir,
tout simplement, j’active mon téléphone. J’active le mode avion de mon téléphone pour bien rester concentré, comme là, quand j’ai écrit pendant le temps d’écriture de cet épisode et puis pendant l’enregistrement de celui-ci aussi.
Je ne voudrais pas que mon téléphone se mette à sonner pendant que je suis en train d’enregistrer cet épisode. Et puis, il va y avoir également un autre type d’agitation, et cette fois-ci, c’est une agitation mentale que nous induisons nous-mêmes.
En fait, c’est avec toute cette pression que nous nous mettons pour réussir ou pour finir la tâche que nous avons commencé. Alors que, si on est très sincère avec nous-mêmes,
on est juste épuisés parce que cela fait trois heures que nous avons travaillé sans avoir pris ne serait-ce que cinq minutes de pause. Donc, je ne sais pas si ça va te parler à toi,
mais je pense que ça peut quand même faire écho. En tout cas, en ce qui me concerne, alors moi, très clairement et alors de manière tout à fait transparente, je suis championne de ça.
Mais genre, vraiment, je suis une acharnée du travail dans le sens où je peux travailler plusieurs heures sans me rendre compte que je n’ai pris aucune pause,
sans lever la tête de mon écran, bref. Et des fois, quand je suis pleine d’énergie, c’est cool, ça va, je suis contente.
Par contre, quand je suis en période plus fatiguée pour x ou y raison, là, clairement, c’est un peu la galère après, qu’on se le dise.
Donc, moi, tu vois, c’est vraiment une grosse rééducation que j’ai faite au quotidien pour justement ne plus tomber, en fait, dans ce mode de fonctionnement qui est, en fait, ce qu’on appelle un mode adaptatif de survie.
En fait, je dis que c’est un mode adaptatif de survie parce que souvent, dans ces moments-là, ce qui nous draille, c’est encore une fois une énergie de peur. Parce qu’on a peur de ne pas réussir, parce qu’on a peur d’échouer,
parce qu’on a peur de ne pas être à la hauteur, etc., etc., parce qu’on a peur de ne pas avoir le temps de faire tout ce qu’on avait à faire. Et donc, du coup, eh bien, voilà, on se met en mode machine de guerre
et on se déconnecte, en fait, de ce qui se passe en nous, de nos besoins. On oublie de prendre une pause, de respirer, etc.
Donc, si tu vis ça aussi, tu seras d’accord avec moi pour dire que dans ces moments-là, forcer alors qu’on est fatigué, ça a rarement quand même une issue positive, n’est-ce pas ?
La plupart du temps, on se fatigue encore plus. On bloque, on s’agace, la frustration monte, puis parfois, c’est la colère.
Et puis, après, arrive, eh bien, voilà, c’est comme si on avait ouvert la porte à toutes les croyances les plus dévalorisantes qu’on soit capable de se dire,
du genre « je ne suis pas assez », « je ne vais jamais y arriver », « je ne suis pas capable », « oh, mais qu’est-ce que je suis nulle ». Bref, tout ça, tout ça, je pense que tu vois bien l’idée.
Alors que, en vérité, dans ces moments-là, juste prendre 10 minutes pour souffler et serrer l’esprit,
en fait, suffirait largement à nous calmer intérieurement, à faire redescendre un petit peu la pression là, la pression dans le coco, n’est-ce pas ?
Et puis, juste accepter parfois, eh bien, voilà, de lâcher prise et de se dire « ok, je n’aurais peut-être pas fini ça aujourd’hui, mais ce n’est pas grave, je vais faire le plein d’énergie, et puis je continuerai demain ».
Et souvent, dans ces moments-là, d’ailleurs, quand on se remet sur la tâche, on l’a fini en deux temps, trois mouvements, alors que si on n’avait pas fait cette pause ou cette coupure, on aurait passé encore des heures. Je ne sais pas, ça, si c’est quelque chose qui te parle,
je serais curieuse de le savoir, donc n’hésite pas à me le mettre dans les commentaires ou même à m’envoyer un petit message prévu ou même carrément à témoigner dans le Cercle Reliance. Je serais curieuse de savoir un petit peu ce qui se passe de ton côté par rapport à ça.
Donc, en fait, cette situation-là, ça traduit une autre grosse difficulté que nous avons, pour la plupart d’entre nous, héritée. Cette difficulté, c’est tout simplement que toute notre vie,
nous avons été conditionnés à être productifs, à toujours faire, il faut faire plus, il faut faire plus vite,
et aujourd’hui encore faire moins, et encore tellement mal vus, voire même pénalisés par la société. Ça, je trouve ça complètement hallucinant, mais la réalité, c’est celle-ci.
On prône encore le faire, faire, faire, faire, faire, travailler toujours plus, plus, plus, plus, plus, plus, plus, parfois au détriment de notre santé. Et un exemple hyper flagrant de ce mode de fonctionnement,
c’est sur les réseaux sociaux. Regarde un petit peu la pression que nous avons en tant qu’entrepreneurs à créer tout le temps du contenu, et puis en plus, maintenant, on nous dit qu’est-ce qu’il faut créer, sous quel format, qu’est-ce qu’il faut faire,
rien, rien, rien, juste pour être dans les petits papiers de l’algorithme. Enfin, what the fuck, quoi, sérieux. On est tellement pris, en fait, dans ce mode automatique
que c’est presque comme si on nous poussait, voire même qu’on devenait des robots, tu sais, à produire toujours, toujours plus, complètement déconnectés de nos besoins les plus essentiels.
Et par rapport à ça, je trouve que la nature est une merveilleuse enseignante. Mais genre, vraiment. Est-ce que
un arbre fruitier produit des fruits toute l’année ? Bah bien sûr que non. Quand tu regardes dans la nature, on a quatre saisons, c’est pas pour rien. Il y a un temps pour chaque chose.
On a le printemps pour semer les graines, l’été pour récolter les fruits, l’automne pour se décharger, et puis l’hiver pour se régénérer.
Au final, un arbre fruitier ne produit des fruits que sur trois mois de l’année. Alors pourquoi nous, êtres humains, cherchons-nous à produire des fruits toute l’année, en continu ?
Sérieux, ça fait pas de sens pour vrai. Donc, voilà. En réalité, je pense qu’on devrait un petit peu plus s’inspirer de ce qui se passe dans la nature, et je suis contente de voir cette nouvelle tendance au soloprenariat,
qui justement prône un petit peu plus ce mode de fonctionnement que j’appelle moi écologique. Écologique de notre énergie, écologique de notre santé, de notre bien-être, et qui, encore une fois, est très important.
Et qui, encore une fois, utilise la loi de Pareto, parce que souvent on entend ça, le soloprenariat, c’est genre des gens qui n’en branlent pas une. Pas du tout. C’est juste qu’ils vont choisir, déjà ils vont beaucoup plus s’écouter que dans l’entreprenariat classique,
et puis ils vont choisir des actions qui auront, qui coûteront que 20% de leur énergie, mais qui auront 80% de ses résultats. Et ça, je trouve que c’est vraiment une super bonne approche de l’entreprenariat. En tout cas, selon moi.
Aujourd’hui, ce qui nous empêche en fait souvent d’avoir cette approche-là, ou voilà, qui nous pousse plutôt à être dans le mode, je disais, adaptatif de survie, c’est qu’en fait, il y a encore un paquet de croyances à déconditionner sur le sujet.
Tu vois, typiquement, très souvent, et pour bon nombre d’entrepreneurs, on considère que ralentir, c’est risquer l’échec. Ou bien, c’est, alors ça je l’ai entendu dans la bouche d’une cliente la dernière fois,
j’ai éclaté de rire, c’est être vu comme une feignasse. 
 Voilà, je suis entrepreneur, j’ai pas des horaires fixes, je m’autorise des fois à ralentir parce que je sens que j’en ai besoin et que je peux me le permettre. Du coup, mes proches me voient comme une feignasse. Oh my God ! 

Ou bien, des fois, ça peut aussi être perçu, ou en tout cas, on peut avoir la croyance qu’on va passer pour une personne qui est non professionnelle, non fiable, juste parce qu’en fait, on vient respecter nos besoins et dire non, mais là, j’ai besoin de déconnecter, voilà, je ne suis pas disponible pour toi 24 heures sur 24, c’est de telle heure à telle heure, en fait, on pose nos limites pour respecter nos besoins et prendre soin de notre énergie. Et ça, ce n’est pas encore toujours bien vu. donc par rapport à ça, moi ce que j’avais envie de te dire c’est autorise-toi à prendre ces temps de ralentissement, encore une fois ton énergie est vraiment hyper précieuse et tu le sais l’entrepreneuriat comme je le disais en introduction, ce n’est pas un sprint c’est vraiment un marathon, tu dois pouvoir tenir sur la durée et pour ça tu as besoin de prendre soin de ton énergie et de manière très directe nos entreprises elles ne vont pas s’effondrer parce qu’on ne prend pas 10 minutes de pause ni parce qu’on reporte une tâche énergivore au lendemain parce qu’on a juste eu besoin de prendre une bonne nuit de sommeil. Pas du tout.

Nos entreprises, on a travaillé sur nos fondations, qu’on a des fondations solides, etc. Elles sont quand même un peu plus fiables que ça. Et ça, je pense que c’était important aussi de l’entendre et d’en prendre conscience.

Donc, tu l’auras compris, revenir à soi, c’est une clé vraiment précieuse en tant qu’entrepreneur. Plus tu te recentreras sur toi, plus tu prendras des décisions qui sont alignées et plus tu préserveras ton énergie.

La raison à ça est très simple. Quand tu déconnectes de toutes les influences extérieures, En fait, ce qui se passe, c’est que tu viens créer de l’espace en toi. Tu ouvres là. Alors, tu ne me vois pas parce que je suis en audio, mais en fait, il y a vraiment ce mouvement d’ouverture de la cage thoracique. Donc, tu crées de l’espace, tu ouvres cet espace-là. Et dans cet espace que tu as ouvert, c’est là que va pouvoir venir la clarté, tes meilleures idées. les meilleures décisions, etc.

Donc, cette pause que tu t’autorises à prendre, elle te permet tout simplement de créer cet espace et de reprendre ton souffle. Encore une fois, l’image du sprint versus le marathon.

Tu as besoin de respirer, ok ? Sans respiration, on suffoque. Et là, c’est l’asphyxie assurée de nous en tant que personnes et aussi de notre entreprise. Donc, appuie sur pause de temps en temps, respire, et tu verras que c’est encore le plus simple moyen de passer de la contraction à l’expansion. Voilà.

J’espère que cet épisode t’aura plu. Si c’est le cas, pense à lui mettre 5 étoiles. Si tu as des questions, tu peux me les poser directement soit en commentaire ou si tu préfères un espace plus intime, retrouve-moi sur le cercle Reliance qui est mon espace communautaire sur WhatsApp. Je te mets bien entendu tous les liens en description.

Et puis si tu as envie d’aller un petit peu plus loin dans l’exploration de cet épisode, tu retrouveras gratuitement les notes de l’épisode ainsi que les exercices pratiques directement sur mon site internet dans la rubrique espace Reliance.

Encore une fois, les liens seront en description.

Voilà, sur ce, je te remercie pour ton écoute on se retrouve le mois prochain avec un nouveau thème et puis d’ici là, souviens-toi ta vie, ton entreprise, tes règles du jeu

ton exploration sacrée du mois

En lien avec cet épisode, je te propose un exercice de coaching pour revenir à toi et remonter ton niveau d’énergie.
Télécharge gratuitement l’exercice d’approfondissement de cet épisode en cliquant sur le lien ci-dessous. 

Pour aller plus loin :

Besoin d’un petit coup de boost pour remonter ton énergie ? 
Viens prendre ton shot d’énergie avec le Soin Harmonie et te débarrasser des énergies négatives qui te collent à la peau et plombent ton énergie !

tu as envie d'échanger sur le sujet, des questions?

Alors retrouve moi dans l’espace communautaire* : 

*c’est gratuit et l’ambiance est conviviale et bienveillante 😉

Laisser un commentaire